journée du secours catholique

Le diocèse souhaitait cette année rendre visible les actions auprès des plus démunis, à l’occasion de la « journée des pauvres » voulue par le pape François, le 14 et 15 novembre. Par le biais de ses différents services, le secours catholique, qui organise son week end de collecte nationale les mêmes jours, agit sans cesse auprès de personnes en situation de pauvretés de toutes sortes(sociale, relationnelle, financière..).

La « convivialité » permet à des personnes de se retrouver dans une ambiance sympathique pour des moments de jeux ou de bricolage ; la « halte » est un lieu d’accueil pour des SDF auprès de qui des bénévoles se relaient pour offrir un repas, et partager un moment ; le « vestiaire » permet à des personnes d’acheter à bas prix des vêtements et donne l’occasion de créer du lien ; des bénévoles font partie d’une commission aides financières pour accompagner ceux qui sont dans le besoin ; d’autres aident les enfants à faire leurs devoirs ; les « fratelli » vivent la fraternité au sein du pélerinage diocésain à Lourdes et tout au long de l’année ; des actions internationales en faveur de personnes plus éloignées existent également.

La covid a fragilisé beaucoup de situations et les besoins de solidarité s’accentuent. Nous faisons donc appel à vous pour vous engager auprès du secours catholique. C’est une association ouverte à tous, sans distinction de nationalité, condition sociale ou de religion mais souvent la relation foi/solidarité/fraternité est présente. « La foi en action est service » disait mère Teresa. Voici quelques témoignages de ce qui a été vécu dernièrement et qui vous donnera envie, espérons-le,de nous rejoindre !

Pour tout contact, merci d’appeler Marie Hélène Lamiot au 06.37.13.23.81 ou par mail à Nathalie Confente : equipelocale.montaigu@secours-catholique.org

 

Capture d_écran 2018-10-31 à 10.52.14

Témoignage recueilli par l’équipe locale: 

J’ai  vécu mon enfance  et une partie de mon adolescence  dans  un milieu  chrétien, qui n’est  pas  celui de ma famille, car mes parents étaient  athées. C’est  en arrivant  en Vendée,  que j’ai  mis ma foi au service de mon prochain. Un prêtre  de la commune est venu me voir pour me proposer de l’aider  pour  la catéchese. Je n’ai  pas  hésité. J’ai  considéré  sa démarche comme  un appel de Dieu. Arrivée  sur Montaigu, j’ai  vécu  d’autres appels, qui m’ont permis  de m’engager au sein du Secours kto, de la ktéchèse et de l’Hospitalité  Vendéenne. Lorsque je rentre en action, je ressens  au plus profond  de moi, la force, le courage, envoyé  par l’Esprit  Saint. Ce n’est  que du bonheur. Je retiens toujours  cette phrase du CHRIST: Ce que vous  faites  à  l’un de ces plus petits de mes frères, c’est  à  moi que vous  l’avez fait. Cette phrase raisonne  comme un appel  à  L’amour.
Être  chrétien oui, mais pas dans son coin.
Partageons cet Amour  que DIEU nous donne

Famille d’accueil

Nous avons été famille d’accueil, pendant 10 années. Quatre petites filles sont venues en vacances d’été. Deux d’entre elles venaient du nord, Laetitia et Véronique, nous avons eu la joie de les accueillir durant 8 années 1987/1995. Des liens très forts se sont crées entre elles et notre famille (nous avons 3 enfants), bien sur la vie nous a séparé. Cet été nous avons eu la surprise : Véronique 38 ans aujourd’hui nous fait le bonheur de reprendre contact, car elle se trouvait en vacances dans la région, elle nous  a présenté ses 3 filles et sa belle soeur (son mari travaillait ). Que d’émotions et de joie à partager. Nous sommes heureux aujourd’hui, de nous dire , que le temps donné aux autres, apporte autant de bonheur.

Convivialité

L’atelier de convivialité, fonctionne un mardi sur deux. Nous sommes entre 10 et 12 personnes à nous rencontrer. Si les activités ont beaucoup changées depuis sa création, nous sommes toujours heureux de nous retrouver pour un moment d’amitié. Les jeux sont le prétexte pour passer le temps, mais vient le moment du gouter ou nous nous écoutons parler. Certaines personnes viennent depuis la création de l’atelier (20 ans ) aussi la question est : qui est aidé  qui est aidant ?

L’amitié, la solidarité n’ont pas de nom .

Retrouvez ici le calendrier des ateliers convivialité:

Témoignage d’un bénévole de la halte

Bénévole à la halte depuis très longtemps,  un accueil en début 2018 m’a bousculé….

Jérémy, un jeune de 35 ans,  est addict à l’alcool et la drogue depuis l’âge de 18 ans. En février 2018, il passe 1 semaine à dormir dehors, dans les sanitaires de la Boissière, tout en travaillant dans une entreprise de la commune. C’est une semaine hivernale où le froid est glacial ! Le 115 l’’oriente à la halte de Montaigu où il est accueilli par Sophie et Anne-France. De mon côté, je suis surpris qu’une personne qui travaille se retrouve à la halte !  C’est à partir de ce moment-là que je m’engage à aider Jérémy.

Pour qu’il puisse continuer à travailler, en accord avec le Père Robert, nous lui proposons de loger au Presbytère de la Guyonnière pendant 3 mois, avant de trouver un autre logement à la Bruffière. Jérémy traverse de bonnes périodes mais aussi de très mauvaises jusqu’à avril 2019… il perd  complètement pied et replonge encore plus bas…perd son travail…perd son logement….

Avec le petit noyau de personnes qui s’occupe de Jérémy, nous prenons conscience que nous arrivons au bout de ce que nous pouvons faire pour lui… mais on ne veut pas le laisser tomber, nous croyons toujours en lui et sommes animés d’un fort désir de l’aider à s’en sortir ! Une des bénévoles connaît le CENACOLO à Lourdes. Nous prenons contact avec cette communauté religieuse et Jérémy accepte d’y aller… Je vais le conduire et passe 1 semaine avec lui là-bas… Je découvre en même temps que lui… Une quarantaine d’hommes y sont accueillis, tous anciens addicts qui luttent pour s’en sortir par la prière, le travail et la parole … ce sont les seuls soins… aucun médicament, aucun professionnel de santé… mais beaucoup de bienveillance !

Jérémy est certes  baptisé mais, jusqu’alors, plus à l’aise avec la musique techno que les « Je vous salue Marie ». Les premiers mois sont extrêmement  difficiles mais avec la bienveillance de ses frères (c’est ainsi qu’ils se nomment entre eux), il avance petit à petit…Il accepte même de faire un chemin de Foi, en suivant une catéchèse. A chaque courrier qu’il envoie, nous percevons son évolution…il nous dit qu’il est enfin devenu un homme ! Fin 2019, il témoigne de son parcours de vie devant 1200 personnes.

Dans son dernier courrier, il me demande de devenir son parrain de confirmation. Je suis très touché… et bousculé à mon tour…Le 2 octobre dernier,  je réponds à cette invitation… devant l’évêque de Lourdes Jérémy communie pour la première fois et reçoit le sacrement de confirmation… Sophie, qui a beaucoup soutenu Jérémy,  lui pose la main sur son épaule droite et moi sur sa gauche ! Jérémy a les yeux tout brillants d’émotion et nous aussi !  Nous prenons conscience que nous l’avons aidé à se remettre debout !

 Il est beau Jérémy dans sa belle chemise blanche !

Le Seigneur lui a tendu les bras…

Dans cet accompagnement, Jérémy n’avait pas grand-chose à m’offrir…mais quand je retrace ces 2 années écoulées, je me dis que c’est une belle histoire ! Je vois des rencontres complètement improbables … avec son propriétaire de la Bruffière et son patron qui l’ont toujours soutenu et aidé… et aussi des chrétiens de la Paroisse de sensibilités différentes des miennes que je ne pensais pas côtoyés un jour, pourtant c’est bien « ensemble » que nous avons avancé avec Jérémy , nous étions complémentaires ! Le chemin n’est pas terminé, nous allons continuer à nous concerter avec le responsable de la communauté pour amener Jérémy vers la sortie peut-être dans l’année 2021 ! Jérémy est heureux de se projeter…

Notre démarche fait peut-être échos à l’encyclique du Pape François qui nous appelle à vivre une vraie FRATERNITE et une Amitié sociale. « Tous Frères », tel est son cri du cœur !

Moi aujourd’hui, je dis MERCI Seigneur et MERCI Jérémy pour ce chemin parcouru qui m’a permis de poser un nouveau regard sur notre humanité. Nos différences peuvent être parfois une vraie richesse…. nous pouvons réaliser de belles choses tous ensemble ! Jean-Yves

Enfin, retrouvez ici le témoignage de Vivian:

Témoignage de Vivian FRATELLI V3 novembre 2020
: