L’édito du curé

Confiance et vigilance !

Ces deux mots peuvent orienter notre existence, avec tout ce que nous pouvons vivre en ce moment. « De tout cœur, mets ta confiance dans le Seigneur. Reconnais-le dans tout ce que tu fais et lui, il guidera tes pas » (Pro. 3, 5-6)  En fait, la confiance, c’est d’abord celle de Dieu à notre égard, c’est celle de nos proches, des personnes qui nous aiment et nous soutiennent. Le Seigneur, d’une certaine manière nous confie les uns aux autres : frères et sœurs, mari et femme,  parent et enfants, ami, éducateur ou en formation, peuple chrétien et évêque, prêtre, diacre. C’est dans le don réciproque, la vérité de nos relations, que peut s’exprimer une vraie confiance.

Mais cette attitude ne va pas sans une vigilance vis à vis de soi-même, comme par rapport aux autres. La prière du Notre Père se termine par ces mots « Délivre-nous du mal » L’humanité est capable du meilleur comme du pire. Même chaque baptisé, même l’Eglise en ses membres, en ses responsables, peut être cause de lourdes fautes, de péchés graves, aussi bien en actes que par son aveuglement. Soyons vigilants les uns avec les autres. Ne nous cachons pas le risque du mal, du tort fait à autrui ! En veillant avec lucidité, sur nous-mêmes, sur nos familles, sur nos communautés chrétiennes et ses pasteurs, nous serons transformés par le salut de Jésus Christ qui délivre du mal et ouvre à la vraie joie.

Prendre appui sur Marie avec la Vierge de Pontmain.

A l’occasion des 150 ans de l’apparition de la Vierge à Pontmain, une statue pèlerine va circuler dans nos deux paroisses tout le mois d’octobre, en particulier dans les familles qui le souhaitent. C’est une manière de « prendre Marie chez nous », de  réaliser le message laissé aux quatre enfants de Pontmain :   « Priez, mes enfants. Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher » … un message de prière, d’espérance et d’amour !

Avec Mère Térésa, la contagion de la foi et de la charité.

Les 11 et 12 Octobre, sera présenté une comédie musicale sur mère Térésa, jouée par des jeunes, sous l’impulsion du Père Alexandre Marie Robineau. C’est une bonne occasion de reprendre une prière du cardinal Newman que Mère Térésa aimait réciter avec ses sœurs :

« O Jésus, aide-moi à répandre partout ta bonne odeur, partout où je passe. Inonde mon âme de ton Esprit et de ta vie. Envahis-moi  tout entière et rends-toi Maître de tout mon être, afin que ma vie soit une émanation de la tienne.

Eclaire en te servant de moi et prends possession de moi, de sorte que toute personne que j’approche puisse sentir ta présence en moi. Qu’en me regardant, ce ne soit pas moi qu’on voie, mais toi en moi.

Demeure en moi. Ainsi, je resplendirai de ta splendeur et je pourrai servir de lumière pour les autres. Mais cette lumière aura sa source uniquement en toi, Jésus, et il ne viendra pas de moi le plus petit rayon. Ce sera toi qui éclairera les autres en te servant de moi. Suggère-moi la louange qui te plaît le plus, illuminant les autres autour de moi.

Que je ne prêche pas en paroles mais par l’exemple, par l’élan de mes actions, par l’éclat visible de l’amour que mon cœur reçoit de toi. Amen « 

Comme bien d’autres figures de sainteté, Mère Térésa nous indique un chemin de vie, pour suivre de près Jésus Christ, en nous faisant proches des pauvres, des victimes du mal, des souffrants, des abandonnés, tout en portant l’espérance de la Résurrection.

Père Robert Daviaud  (15-09-2018)