Les sacrements, une histoire de rencontre

Capture d_écran 2017-06-04 à 16.30.50

Dans les semaines que nous vivons, les communautés chrétiennes célèbrent nombre de sacrements. Bien sûr, il y a la messe habituelle du dimanche : « l’Eucharistie source et sommet de la vie chrétienne », selon le Concile Vatican II. Beaucoup d’enfants se sont joints ces derniers dimanches pour leur première communion ou, pour parler comme leur livret de préparation, « la première des communions » pour bien signifier qu’ils entrent dans la vie eucharistique. Auparavant les enfants ont reçu le sacrement du Pardon, sacrement que les uns ou les autres ont également voulu recevoir à l’occasion de la fête de Pâques. Avec le printemps nous entrons dans la période des baptêmes et des mariages. La Pentecôte met à l’honneur la Confirmation, au moins au niveau du diocèse, mais chez nous aussi un groupe de jeunes se prépare pour ce sacrement et également une équipe d’adultes car il n’y a pas d’âge pour être confirmé, comme pour être baptisé d’ailleurs : jeune et adulte entrant en catéchuménat nous le rappellent. Le sacrement des malades a lui aussi été célébré dans plusieurs maisons de retraite, en s’ouvrant à des personnes de l’extérieur.

Pourquoi tous ces sacrements ? C’est une histoire de rencontre. Pour aller à la rencontre des autres, nous avons beaucoup de possibilités : un petit mot sympa, un coup de fil, un SMS… Dans une rencontre directe, ce sera une poignée de main, une embrassade ou simplement un sourire accueillant. Un petit cadeau peut aussi faire partie de la bonne relation. La vie est ainsi faite de plein de petits riens qui en disent long. Cela se voit et parle au cœur.

Dieu s’est fait et se fait proche des hommes comme nous avec nos amis. Pour venir à notre rencontre, il nous parle et il nous fait signe. Il nous donne ce qu’il a de plus précieux : son Fils Jésus. Avec Jésus, Dieu se fait connaître comme un Père proche de nous. Il se fait connaître comme quelqu’un qui donne la vie, qui fait

confiance et qui laisse libre. Ainsi, en Jésus, par Jésus, notre vie, la vie de tous les hommes peut se relier à la vie de Dieu : une belle rencontre.

La présence de Dieu se révèle ainsi à nous par des gestes tout simples, des rites, des signes (de l’eau, un morceau de pain, l’huile…) qui ont une portée symbolique, c’est-à-dire qu’ils donnent un sens, une cohérence et un nouveau souffle à ce que nous vivons.

Vivre les sacrements, c’est faire l’expérience d’une rencontre enrichissante avec tout ce que nous sommes : notre corps, notre cœur, notre sensibilité, notre intelligence… Le signe n’est pas le plus important, c’est ce qu’il permet : la rencontre de Jésus ressuscité.

Père Jean Vrignaud