Père François Roullière

La vie d’un prêtre, comme celle de tout homme, est faite de passages où l’on emprunte des chemins qui nous mènent vers d’autres lieux, d’autres jardins, d’autres maisons, d’autres églises, d’autres visages. Et l’on pourrait se demander :Que reste-t-il de tous ces chemins parcourus? Que retenir de toutes ces expériences de vie? Comment faire l’unité d’une vie? Peut être en se disant que notre vie est un long pèlerinage où nous marchons avec le Christ. C’est lui qui nous permet de savoir en vérité d’où nous venons et où nous allons.

Je suis né le 10 juillet 1965 à Nantes, d’une mère bretonne et d’un père angevin. Ma mère était formatrice de jardinière d’enfants à Nantes où elle est décédée en 1982, quant à mon père, il était administrateur de biens à Paris et est décédé en 2001 à La Rochelle. Dans la famille nous sommes trois enfants, mon frère aîné Yves qui a deux filles et ma soeur cadette Odile qui a un fils.

Dans ma vie, j’ai vécu successivement à Gesté (49), Nantes, Paris et St Fulgent. Gesté, c’est la petite enfance avec de fréquents passages dans la famille de mon oncle aux Épesses et chez ma marraine, à St Fulgent. Deux familles et deux lieux qui ont beaucoup comptés tout au long de ma vie comme des points de repères, et qui expliquent pourquoi j’ai demandé à être incardiné en Vendée.

A Nantes et à Paris, j’ai suivi un cursus normal, baccalauréat, maîtrise de droit des affaires au Panthéon Sorbonne et travail dans l’immobilier.

Ordonné en 1998 à Luçon, j’ai d’abord été envoyé en mission aux Sables d’Olonne puis à la cathédrale de Luçon en tant que prêtre coopérateur avant d’être nommé curé de Saint Michel l’Abbaye (St Michel en l’Herm) en septembre 2007. Parallèlement, Monseigneur Castet m’a nommé en 2009, Vicaire épiscopal pour la Zone Côte.

En 2010 j’arrive à la paroisse Saint Martin de la Rive, puis en 2016 au bon Pasteur de Vie et Marais. De ces 9 années passées à Challans et à Soullans, je garde en mémoire tous ces chemins découverts ensemble. Chemins spirituels en abbaye avec les confirmands ou les jeunes couples, sans oublier les pèlerinages à Rome et en Terre Sainte avec la Paroisse ou le Doyenné. Chemins de vie ordinaire avec l’organisation et l’accompagnement

d’une vie paroissiale. Chemin de croix aussi au moment d’accompagner les maladies et les familles en deuil.

Alors, qu’est-ce que le Christ m’a révélé à travers tout ce parcours?

La Première chose est de comprendre que quels que soient les évènements de sa vie, nous avons sans cesse à accueillir la présence du Christ dans notre existence. C’est lui qui nous soutient dans les moments difficiles ou bien nous donne la vraie joie dans les moments heureux. La seconde est d’aimer ce monde tel qu’il est. Non pas d’aimer ces erreurs et ses égarements, mais d’accepter chaque jour, à la lumière du Christ, de voir ce qu’il y a de beau de grand et de vrai en lui. Et c’est bien sûr ce que nous expérimentons à chaque eucharistie.

Deux points d’attention qui m’ouvrent le chemin qui mène jusqu’à Saint Martin de Montaigu et Notre Dame des Trois Provinces. Je compte sur vous bien sûr pour m’aider chaque jour à être un prêtre, un curé selon le coeur de Dieu.

Père François ROULLIERE